Iquaesita : quelles sont les limites du journalisme d’investigation ?

Juillet 2011. Le scandale du tabloïd britannique News Of the World secoue le monde médiatique. La propriété du magnat de la presse, Rupert Murdoch, englué dans une affaire d’écoutes téléphoniques illégales. Les journalistes auraient eu recours à des détectives privés pour pirater la messagerie téléphonique de Milly Dowler, adolescente de 13 ans, alors qu’elle était morte mais aussi celle de proche de victimes de l’attentat de Londres en 2005 ou encore de familles de soldats tués en Irak et en Afghanistan. L’affaire suscite des interrogations sur les pratiques de la presse à scandale, d’autant que l’hebdomadaire lu par 7,5 millions de britanniques chaque week-end avait déjà été mouillé dans une enquête en 2005 sur le piratage de messageries de stars et de membres de la famille royale. L’année d’avant, le site français d’informations Médiapart sortait l’enregistrement d’une conférence à la Fédération Française de Football : c’est l’affaire des quotas. Rebelote avec l’enregistrement du majordome de Liliane Bettencourt.
Jusqu’où la presse d’investigation peut-elle aller au nom de la liberté d’informer ? Le problème se pose quand l’un des métiers les moins aimés des Français se trouve être la clé de voûte de la démocratie. Considérée comme la pépite du journalisme, l’investigation ne peut pourtant pas revendiquer avoir tous les droits sous prétexte de l’information.
« Investigation ». Le mot seul suffit à faire rêver. On s’imagine un Albert Londres dénonçant le bagne de Cayennes. On croit voir un grand reporter, le stylo et le bloc note dans une main, l’appareil photo dans l’autre, parti en expédition. Ou un journaliste – rarement une femme – trempant dans les magouilles, côtoyant les bons et les mauvais, politiques et financiers, à l’américaine.

Inquaesita est un mémoire de fin d’études qui vise à répondre à la question des limites du journalisme d’investigation : peut-on s’intéresser à toutes les cibles ? Quels sont les risques ? Les enjeux ? Peut-on imaginer un modèle économique pour l’enquête ?

Sommaire

Lumière sur… La naissance du journalisme d’enquête : « Le Rainbow Warrior », épisode fondateur du journalisme d’investigation contemporain

Zoom « A voté » : Histoire d’une désillusion politique

Dossier Quelles limites au journalisme d’enquête français ?

Espionnages et pressions, entre réalité et fiction

Rencontre avec Fabrice Arfi : « Il faut des institutions plus indépendantes »

Quand les enquêtes se superposent, la judiciarisation des affaires

Techniques d’enquête, entre légalité et moralité

Le nerf de l’enquête : l’argent

Quel statut devant la loi ?

Face à face : Libé contre Le Figaro, interview croisée

Les USA, eldorado de l’investigation ?

Portrait L’investigation autrement : Patricia Fagué, l’enquête dans le sang

In memoriam Cette enquête marquante

Inquaesita en PDF

Comments
One Response to “Iquaesita : quelles sont les limites du journalisme d’investigation ?”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] Iquaesita : quelles sont les limites du journalisme d’investigation ? […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :