Prism : La Chine extradera-t-elle Snowden ?

L’affaire « Prism », c’est l’histoire d’un jeune agent américain, Edward Snowden, qui a décidé de révéler les secrets du système d’espionnage des télécommunications mis en place par les Etats-Unis. Visé par une enquête du FBI, il est introuvable depuis le 10 juin mais se cacherait à Hong-Kong.

Pas de mandat d’arrêt international, ni de demande d’extradition. Et pourtant, Edward Snowden fait beaucoup parler de lui. A tel point qu’il risquerait, si la situation continuait de s’envenimer, de provoquer un imbroglio diplomatique entre les Etats-Unis et la Chine. En effet, suite à ses révélations fracassantes sur l’utilisation par les renseignements américains des données de Google, Apple, Facebook et des autres géants du Web, le jeune homme se serait réfugié vers Hong-Kong. Si la justice y est indépendante, Hong-Kong, bien que bénéficiant d’une certaine autonomie, reste sous la tutelle de la Chine, qui a signé depuis longtemps un accord d’extradition avec les Etats-Unis. Pékin peut opposer son véto aux décisions de son territoire.

Depuis le début de l’affaire, le gouvernement chinois est muet sur ses intentions envers Edward Snowden. Le ministère des Affaires étrangères a simplement démenti qu’Edward Snowden était un espion à son service. En effet, l’ancien vice-président américain Dick Cheney a fait part de sa « profonde suspicion »  suscitée par la fuite en Chine de Snowden lors d’une interview, diffusée dimanche par la chaîne Fox News. Il estime que « ce n’est pas un endroit que l’on choisirait d’ordinaire si on recherche la liberté » et celui qui a fait partie des architectes du système de surveillance électronique américain se dit « très, très préoccupé par le fait qu’il possède encore des informations qu’il n’a pas encore rendues publiques, et que les Chinois puissent saisir cette occasion, et lui assurer probablement l’immunité ou l’asile en échange de ce qu’il sait ». L’ancien vice-président s’est également demandé si le jeune homme de 29 ans « avait ou non des liens » avec la Chine avant de se réfugier à Hong Kong. Des allégations « complètement dénuées de fondement » selon Pékin. Au même moment, un quotidien officiel, relatant régulièrement les informations du Parti Communiste Chinois, estimait que l’éventuelle extradition de l’ex-agent de la CIA par les autorités de Hong Kong constituerait une « trahison » envers Pékin et lui ferait « perdre la face ». Le quotidien officiel chinois va même plus loin, affirmant même sur un ton volontairement nationaliste, que « la puissance grandissante de la Chine suscite les demandes d’asile » et que « c’est inévitable et cela doit permettre d’augmenter le prestige moral » de la Chine.

A Hong-Kong, les journaux font tous leur Une sur l'affaire Snowden et l'embarras du président Obama. REUTERS/Bobby Yip

A Hong-Kong, les journaux font tous leur Une sur l’affaire Snowden et l’embarras du président Obama.
REUTERS/Bobby Yip

Snowden « n’a fait de mal à personne »

 

Selon un sondage publié dimanche, la moitié des Hongkongais est hostile à l’extradition de Snowden et quelques centaines personnes ont manifesté samedi contre cette éventualité. Selon le journal, et donc les autorités chinoise, Snowden « n’a fait de mal à personne » et s’est contenté de « donner l’alerte sur la violation des droits civiques par le gouvernement » américain.  Le ministère chinois des Affaires étrangères a même affirmé lundi que « les États-Unis devraient davantage tenir compte des inquiétudes et demandes de la communauté internationale et de l’opinion publique, et fournir les explications nécessaires ».

Résultat, l’affaire Edward Snowden met à l’épreuve les relations entre Pékin et Hong Kong, petit territoire chinois jaloux de son autonomie et de ses libertés civiques. En effet, en se réfugiant à Hong Kong où il entend s’opposer farouchement à toute tentative d’extradition vers les Etats-Unis, le jeune Américain de 29 ans se lance comme un chien dans un jeu de quilles chinois et place la mégapole financière en position délicate : est-elle ou non capable d’agir dans l’interférence de Pékin ? Interrogé par l’AFP, Billy Leung expliquait samedi en manifestant être « inquiet si la Chine abuse de son pouvoir parce qu’à chaque fois qu’elle le fait, elle accroît les opportunités de le faire dans l’avenir ». Et l’homme d’aller plus loin : « je pense qu’il serait très important pour Hong Kong de se montrer capable de défendre ses droits pour décider des termes de son extradition si une telle demande est faite ».

L’espionnage informatique : point de rupture sino-américian

 

Barack Obama s'est exprimé pour défendre le programme d'écoutes électroniques de la NSA le 7 juin. REUTERS/Kevin Lamarque

Barack Obama s’est exprimé pour défendre le programme d’écoutes électroniques de la NSA le 7 juin.
REUTERS/Kevin Lamarque

Hong Kong est une ancienne colonie britannique qui bénéficie d’une large autonomie depuis sa rétrocession à la Chine en 1997. Mais « la peur de l’interférence de Pékin est omniprésente à Hong Kong, à tout point de vue », confie à l’AFP la députée pro-démocratie Claudia Mo. « La plupart des gens ont tendance à penser qu’il y aura une forme d’intervention de Pékin, mais pas ouvertement bien sûr ». En effet, toute ingérence de la Chine populaire dans la vie publique à Hong Kong est mal perçue et donne lieu à de vives protestations. Démonstration en a été faite au début de l’année quand des dizaines de milliers de personnes ont défilé contre le nouveau chef du gouvernement, accusé d’être inféodé à Pékin.
Edward Snowden a dit son « intention de demander à la justice et aux habitants de Hong Kong de décider de (son) sort ». « Je n’ai aucune raison de douter de ce système », a-t-il déclaré dans une interview au grand quotidien anglophone de Hong Kong, le South China Morning Post (SCMP), la semaine dernière. Mais selon Ma Ngok, professeur à l’université chinoise de Hong Kong, spécialiste d’administration publique, interrogée par l’AFP, l’affaire Snowden « va affecter les relations sino-américaines, donc Pékin va s’immiscer et, in fine, il aura une grand part dans l’issue du processus ». Dans son entretien avec le SCMP, Edward Snowden avait semblé jouer la carte de la discorde entre Washington et Pékin sur un sujet aussi sulfureux que l’espionnage électronique en indiquant posséder des documents secrets identifiant des cibles de piratage à Hong Kong et en Chine. En effet, l’espionnage informatique est une source régulière de frictions entre les deux premières puissances de la planète et a été au coeur de la rencontre au sommet Obama-Xi.

Advertisements
Comments
2 Responses to “Prism : La Chine extradera-t-elle Snowden ?”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] sans surprise, la déclaration de Manuel Valls face à une potentielle demande d’asile d‘Edward Snowden, ex-agent des services américains. Si le quai d’Orsay assure qu’aucune demande officielle d’asile n’a encore […]

  2. […] C’est, sans surprise, la déclaration de Manuel Valls face à une potentielle demande d’asile d‘Edward Snowden, ex-agent des services américains. Si le quai d’Orsay assure qu’aucune demande officielle d’asile n’a encore été reçue, […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :