Le sevrage tabagique, et si on en parlait vraiment ?

Pour ce nouvel épisode de « Et si on en parlait vraiment », Jean-François Hauteville a décidé de nous parler du sevrage tabagique à l’aide des médicaments Champix et Zyban,  cités dans la liste noire du magazine « Prescrire ».

 

La revue indépendante « Prescrire » a dévoilé jeudi dernier sa « liste noire » des médicaments.  Une liste qui référence les « médicaments plus dangereux qu’utiles », pour lesquels le magazine demande le retrait du marché en raison des risques sanitaires « disproportionnés » qu’ils représentent par rapport aux bénéfices apportés. Cette liste noire, qui comporte plusieurs dizaines de médicaments « à retirer du marché », a été établie sur la base d’analyses publiées dans la revue de 2010 à 2012.
Parmi les médicaments cités, on retrouve la « Champix » et le « Zyban »  : deux médicaments d’aide au sevrage tabagique pour lesquels le risque d’effets secondaires est jugé trop important, surtout qu’ils ne seraient pas plus efficaces que les substituts nicotiniques.
Déjà en 2008 (!) une étude détaillait les effets indésirables neurologiques et cardiovasculaires du Champix, médicament d’aide au sevrage tabagique.

Légalisation du cannabis, avis addictologue

Jean-François Hauteville est infirmier en Centre Hospitalier à Lyon et a suivi de nombreuses formations dans l’addictologie, notamment en alcoologie, toxicomanie, jeux pathologiques et troubles compulsifs alimentaires.

Michael Siegel est spécialisé en médecine préventive et en santé publique à l’université de Boston. Ses activités de recherche sont centrées depuis 20 ans sur le tabagisme actif et passif, ses effets indésirables, les modalités d’arrêt et les diverses politiques de régulation.
Les firmes pharmaceutiques ont mis sur le marché – avec la complicité des autorités sanitaires qui ont tout approuvé en invoquant la santé publique – toute une panoplie de médicaments et de substituts nicotiniques fort profitables… Ainsi, Pfizer a fait une énorme campagne de publicité pour dénoncer le tabagisme… afin de vendre la varénicline sous le nom de Champix (Chantix aux Etats-Unis).

Des effets secondaires neurologiques, cardiovasculaire et psychiatriques

On apprend dans une note du 23 mai du Dr Siegel que la l’Administration fédérale de l’aviation (FAA) des Etats-Unis vient d’interdire aux pilotes et aux contrôleurs aériens l’usage de la varénicline (Champix) à cause des centaines de signalements d’effets indésirables. Ces derniers sont confirmés par une étude aux résultats dévastateurs faite par le Institute for Safe Medication Practices, organisme à but non lucratif. D’où la différence d’appréciation…
Le Los Angeles Times rend compte de l’étude dans cet article. Les effets indésirables du Champix peuvent être très sévères : pertes d’équilibre, pertes de connaissance, convulsions, mouvements anormaux, spasmes musculaires, troubles du rythme cardiaque, troubles visuels, réactions cutanées, etc. Ces effets secondaires neurologiques et cardiovasculaires s’ajoutent à ceux psychiatriques (dépression, suicides…) déjà largement pointés du doigt, y compris par la FDA, qui estime que la relation de cause à effet est de plus en plus probable. D’ailleurs, Pfizer avait modifié la notice grand public et le RCP (résumé des caractéristiques du produit) juste avant que la FDA ne rende public son avis sur les risques psychiatriques, au mois de février 2008.

Le texte intégral de l’étude est disponible sur le site de l’Institut. Et il vaut le détour… Les effets indésirables sont bien plus nombreux que ceux mentionnés par les journaux. Ils incluent des douceurs telles que : accidents thrombo-emboliques, diabète, hyperglycémies, syndromes extrapyramidaux, œdèmes, troubles psychotiques, hallucinations, agressivité et quelques autres…Les auteurs parlent de « risques graves immédiats pour toute personne conduisant des avions, des trains, des bus ou d’autres véhicules ou étant dans une situation dans laquelle une diminution de l’état de veille ou de contrôle de la motricité pourraient entraîner des dégâts sévères et massifs ». Les personnes exerçant un travail qui exige une attention et une concentration soutenues devraient donc éviter le Champix.

Publicités
Comments
3 Responses to “Le sevrage tabagique, et si on en parlait vraiment ?”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] les Britanniques, ne serait-elle pas, sous réserve d’absence d’effets indésirables, une bonne alternative à la « vraie » cigarette […]

  2. […] là que les spécialistes se méfient. Pour beaucoup de « vapoteurs », cette solution vise à se désaccoutumer de leur drogue habituelle. Pourtant, en 2008, l’Organisation mondiale de la Santé déclarait que ces cigarettes ne […]

  3. […] Alors que les prix du tabac ne cessent de grimper, elle est au cœur des débats de santé publique actuels : la e-cigarette ou « vaping » pour les Britanniques, ne serait-elle pas, sous réserve d’absence d’effets indésirables, une bonne alternative à la « vraie » cigarette ? […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :