La Fête des Lumières revient du 6 au 9 décembre

HighlightsSkertzo

C’est le rendez-vous attendu par tous les Lyonnais : la Fête des Lumières. Tous les ans, les Lyonnais allument un petit lumignon le 8 décembre, célébrant l’installation de la statue de la Vierge Marie sur la colline de Fourvière, dont l’origine remonte à 1852. Depuis presque 15 ans, la municipalité organise des festivités : quatre jours pendant lesquels designers, plasticiens, architectes, vidéastes, infographistes et éclairagistes s’emparent de la Ville et la transforment en un théâtre à ciel ouvert. Petit tour d’horizon de ce qui investira les édifices, les places, les fleuves et les collines entre le 6 et 9 décembre.

Ce sont chaque année plus de trois millions de visiteurs qui envahissent la ville de Lyon pour la Fête des Lumières, la rendant impraticable. Pour cette 14e édition, les œuvres racontent l’histoire, les usages et les représentations de la lumière, jouent avec ses formes, la subliment. Plus de 70 spectacles ou objets lumière sont actuellement en préparation pour la réalisation de scénographies tour à tour intimistes, grandioses ou interactives. Vitrine exceptionnelle de la création contemporaine dans le domaine de la mise en lumière éphémère, la Fête des Lumières révèle chaque année les créations de personnalités internationalement reconnues et de jeunes talents qui gagnent leurs premiers galons.

Quelques parcours pour la Fête des Lumières

« Corazon », par Agatha Ruiz de la Prada, structure monumentale en trois dimensions rayonnera de couleurs vives et joyeuses au Village des Créateurs, passage Thiaffait, du 6 au 21 décembre 2012 : une multitude de cœurs roses et lumineux seront exposés dans les vitrines des boutiques.
©Fête des lumières 2012

Mais cette année, la Fête des Lumières aura une note résolument contemporaine, en mettant le cap au sud de la ville, jusqu’au tout nouveau quartier Confluence, véritable laboratoire d’architecture contemporaine où se côtoient les réalisations d’architectes majeurs tels que Jakob & Mac Farlane, Winy Maas, Tania Concko, Christian de Portzamparc et un riche patrimoine industriel réhabilité. « La ville s’agrandit, il faut tirer la fête vers ces nouveaux quartiers » a expliqué Gérard Collomb lors de la conférence de presse. Cent créations réparties sur 70 sites dans les neuf arrondissements animeront donc la ville pour cet évènement qui attire entre 3 et 4 millions de visiteurs chaque année.

Après les chars japonais de Fukuno plébiscités par le public l’an dernier, c’est une déambulation à travers l’Inde qui sera proposée cette année. Entre Saône et Rhône, après avoir dévalé, traboule après traboule, les Pentes de la Croix-Rousse, les visiteurs iront à la découverte des monuments et places emblématiques de la Presqu’Ile, au cœur de la Fête : de la place des Terreaux et sa fontaine Bartholdi à l’immense place Bellecour, en passant par le théâtre des Célestins, la place de la République, … Quelques pas seulement les séparent alors du Vieux Lyon et de sa célèbre cathédrale. Les plus sportifs grimperont sur la colline de Fourvière pour contempler Lyon depuis la Basilique, site s’il en est symbolique de la tradition du 8 décembre [Comprendre l’histoire du 8 décembre ici]. Enfin, une balade sur les berges du Rhône permettra à la fois d’admirer le fleuve, ses ponts et les œuvres lumière qui jalonnent ce parcours serein.

la Fête dans les quartiers…

Rayon laser, fibre optique, flamme nue ou projection 3D, tous les moyens sont bons pour occuper les espaces clés de la ville Lumière. Malgré un espace spécialement réservé aux « expérimentations étudiantes« , on retrouve beaucoup d’artistes qui se sont déjà essayés au jeu de la Fête des Lumières. Comme «les Terreaux, c’est le lieu qu’on ne peut pas louper » pour Gérard Collomb, il fallait y installer une valeur sure et ce sont donc les lyonnais Skertzo qui investissent les lieux pour la troisième fois, après avoir proposé « Réflections » en 2002 et « Zones d’ombres » en 2003. Néons, faisceaux, pinceaux et jeux de miroir inviteront le visiteur dans un voyage entre illusion et réalité.  Même constat pour la cathédrale Saint Jean, elle aussi habillée par un habitué : Damien Fontaine. Le compositeur et metteur-en-scène, deux fois lauréat du Trophée des Lumières pour ses créations sur la colline de Fourvière en 2005 et la cathédrale Saint-Jean en 2009, revient pour mettre en valeur les trésors cachés de l’édifice. Mais ce que beaucoup cherche à voir, c’est la place Bellecour. Et Gilbert Moity a décidé de mettre les visiteurs à contribution en leur demandant de pédaler sur l’un des trente vélos mis à disposition pour faire s’éclairer l’oeuvre. Ça vous rappelle une pub ? C’est normal. Et comme à la télé, si les curieux y mettent suffisamment du leur, une surprise les attend à l’arrivée… Les geeks, eux, devraient se retrouver en masse à la gare Saint Paul, habitée par l’occasion par les Anooki, les plus petits esquimaux du monde, qui vont quitter momentanément leur habitat naturel, les écrans d’ordinateur pour investir leur nouveau terrain de jeu, apparaissant par une fenêtre pour disparaître dans une autre, grimpant sur une colonne, plongeant du balcon, pour le plus grand bonheur des petits et des grands.

« Trois Robes lumineuses » du jeune créateur Kim Taegon, à l’atrium de la salle Molière (5e).
© Fête des Lumières 2012

Et dans les commerces.

Cette année, ils sont 27 à se mobiliser, du 23 novembre au 2 janvier pour parer les vitrines et les rues de lumières et de couleurs festives. L’association Village des Créateurs (dans le 1er arrondissement) mettra en lumière des vitrophanies colorées disposées sur les vitrines et au sol des boutiques du Passage Thiaffait. Pour la rue Paul Chenavard, les artistes de Pitaya ont conçu, tels des “écrins”  renfermant un cristal, les Héliofils, modules lumineux suspendus dans la rue au-dessus des passants. Le soir du 8 décembre, l’association des boutiques du Cœur de Montchat (3e arrondissement) organisera plusieurs animations : lancer de leds pour illuminer les sapins, défilé de chapeaux sur le thème de la lumière, gommettes endiablées, studio photos dans une boule de neige, contes ombres et lumière… L’Association des Commerçants du Vieux Lyon (5e arrondissement) proposera un parcours animé et onirique de la rue des Automates à la rue Saint-Georges, “Contes-moi ton histoire”, au cours duquel le public pourra découvrir, de vitrine en vitrine, des automates illustrant un conte célèbre.

Une fête solidaire

De nombreuses autres animations rythmeront chaque quartier de la Ville. Mais au-delà du côté purement festif, comme chaque année depuis 2005, le 8 Décembre se veut aussi solidaire. Les Lumignons du cœur invitent le public à soutenir une association caritative en achetant des lumignons et en participant ainsi à la création d’une grande fresque lumineuse. Handicap International, qui fête cette année ses 30 ans, sera la bénéficiaire de l’édition 2012. La fresque sera réalisée cette année dans la cour du Palais Saint-Jean (5e arrondissement).

Présente depuis sa création sur le théâtre des plus grands désastres humanitaires, Handicap International vient en aide aux personnes vulnérabilisées par une catastrophe naturelle, un conflit ou une extrême précarité. L’association œuvre aux côtés des populations les plus fragiles – dont les personnes handicapées – afin de répondre à leurs besoins essentiels, améliorer leurs conditions de vie et promouvoir le respect de leur dignité et de leurs droits. Elle déploie aujourd’hui 325 projets dans 60 pays à faibles ressources et intervient aussi bien dans des contextes d’urgence humanitaire que de développement. Pour son combat contre les mines antipersonnelles, Handicap International est co-lauréate du prix Nobel de la paix 1997.

Les lumignons sont disponibles au prix de 2€ à partir de début décembre dans différents points de vente.

« L’arbre à voeux », par les classes ULIS (Unité Localisée pour l’Inclusion scolaire) du lycée Premier Film, au centre d’histoire de la résistance et de la déportation (7e) invite les visiteurs à formuler leurs vœux sur des bandeaux de papier illuminés par des Leds bleues, qui viendront s’accrocher aux branches d’un grand arbre en acier. ©Fête des lumières 2012

La fête des Lumières : Infos pratiques

  • Retrouvez l’intégralité des artistes et de leurs oeuvres partout en Ville sur le site officiel de la Fête des Lumières
  • Pour accueillir les 6 millions d’utilisateurs des transports en commun, dès le jeudi 6, le réseau des TCL sera renforcé en après-midi et en soirée. Les vendredi 7 et samedi 8 Décembre, l’ensemble du réseau sera gratuit à partir de 16h et ses horaires prolongés (jusqu’à 1 heure du matin pour les stations de métro)
  • Des chalets d’informations sont à retrouver, tous les jours, ouverts à partir de 12h30, à partir du 1er décembre au Vieux Lyon, Place de la Comédie et Place de la République ; à partir du 6 décembre sur la place Béraudier et à la gare de Perrache
  • L’office du Tourisme, place Bellecour, est ouvert tous les jours de 9h à 18h et jusqu’à 21h durant les soirs de la Fête.
  • Des segways iront également à la rencontre du public tous les soirs pendant la fête.
  • La boutique et son point info, sont ouverts place Bellecour à partir du mercredi 5 décembre.
Advertisements
Comments
One Response to “La Fête des Lumières revient du 6 au 9 décembre”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] touristes ne s’en lassent pas. La Fête des Lumières, qui a eu lieu du 6 au 9 décembre à Lyon, a drainé plusieurs centaines de milliers de personnes dans la capitale des Gones. Au […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :