Cette affaire marquante…

Ils sont tous journalistes et racontent cette affaire, celle qui les as marqués et dont ils se souviennent directement quand on leur parle d’enquête.

Raphaëlle Bacqué (Le Monde)

Le suicide de François de Grossouvre
Les faits : François de Grossouvre, industriel et conseiller de François Mitterrand, est tué par une balle de très gros calibre le 7 avril 1994, à l’Elysée. L’enquête judiciaire conclut au suicide, thèse soutenue par Raphaëlle Bacqué dans son livre, Le Dernier mort de Mitterrand, alors que certains, dont la famille Grossouvre, plaident l’assassinat.

« Comme je travaillais au Monde à côté, il m’a fallu un an et demi pour cette enquête. La rumeur parlait d’un complot et d’un assassinat. Alors j’ai rencontré du monde, une cinquantaine de personnes, des anciens ministres et même l’ancienne maîtresse de Grossouvre, qui s’est fait virée. C’était un défi car j’ai dû affronter une partie des lecteurs, proches de Mitterrand. Face à des gens qui utilisent l’apparence de l’enquête pour dénoncer un complot, j’avais la conviction et les preuves que c’était un suicide.»

Denis Demonpion (Le Nouvel Observateur)

L’opération « Mani pulite »
Les faits : En 1992, l’entrepreneur Luca Magni, propose ses services à un hôpital qui ne lui confie le marché que si Magni donne sept millions de lires, en pots-de-vin. Scandalisé, il fait appel au Procureur de Milan, Antonio Di Pietro, qui met alors à jour un système de corruption et de financement illicite des partis politiques. C’est la chute de plusieurs d’entre eux et le passage à une Seconde République.

« Cette affaire a été très spectaculaire car un Procureur a provoqué un flagrant délit engendrant la chute de plusieurs grands pontes. Je l’ai couverte et elle m’a particulièrement marqué, plus que les affaires URBA, Cécilia ou Houellebecq que j’ai pu traiter. La manière dont a été menée l’affaire a été vraiment très intéressante. »

Gérard Davet (Le Monde)     

La guerre au Kosovo

Les faits : La guerre du Kosovo a eu lieu du 6 mars 1998 au 10 juin 1999 en République fédérale de Yougoslavie entre les deux principales communautés du Kosovo : les Serbes et les Albanais. Elle a opposé l’armée yougoslave à l’armée de libération du Kosovo et à l’OTAN.

« Même s’il y a une grande pression dans les affaires politico-financières, celle qui m’a le plus marqué tient plus du grand reportage.  J’ai encore en tête des images des charrettes d’enfants morts qu’on voyait passer quand on était postés à la frontière, j’ai du mal à les oublier. Aujourd’hui, je sors des scoops, des gros dossiers, je travaille sur une dizaine de grosses affaires, je rencontre des gens, mais il n’y a pas autant de détresse que lors de ces conflits-là. »

Christophe Cornevin (Le Figaro)   

L’affaire Mohamed Merah

Les faits : Le 11 mars 2012, un homme en scooter tue un militaire à Toulouse puis, quatre jours plus tard, en assassine deux autres et en blesse un troisième.  Le 19 mars, il tue trois enfants et un professeur dans une école juive. Identifié, Mohamed Merah, qui se veut jihadiste, tombe sous les balles du Raid.

« Je pourrais parler des émeutes de 2005 ou des attentas de 1995 mais la dernière affaire est souvent la plus marquante. Ça fait dix jours que je travaille jour et nuit sur Mehra, je reviens de Toulouse. Cette histoire est vraiment passionnante, pleine de pistes : on pensait à des militaires, à des islamos, à des skins, à un fou isolé. On touche à la fine fleur des services de police, à l’ignominie indicible et ça a un versant collatéral sur l’échéance présidentielle. »

Publicités
Comments
One Response to “Cette affaire marquante…”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] Mohammed Merah, les frères Tsarnaev, Anders Behring Breivik et Michael Adebolajo, l’un des deux tueurs du soldat britannique Lee Rigby, assassiné mercredi à coups de couteaux et de hachoir en pleine rue à Woolwich, un quartier du sud-est de Londres, étaient tous des locaux. Des individus visiblement bien intégrés dans la société. Pourtant, tous se sont retournés contre leur pays, au nom d’une idéologie. Une nouvelle forme de terrorisme qui inquiète et qui traduit des pratiques nouvelles, résultant de la pression des services spécialisés. En effet, les différentes actions des services de police, qui multiplient opérations et démantèlement de structures, obligent les terroristes à changer de méthode. Les cellules terroristes deviennent plus compliquées à monter et les attentats comme ceux qui ont affaibli l’Europe au début des années 2000 à Londres ou à Madrid demandent plus de travail. Transports, espaces publics et matériaux explosifs… tout est sous surveillance, permettant ainsi l’arrêt de nombreux chefs terroristes. Mais à défaut de cellules, les terroristes deviennent solitaires et les réseaux se désorganisent.  […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :