Les ménages retrouvent le sourire, pas les entreprises

C’est le résultat de l’enquête mensuelle de l’INSEE : la confiance des ménages repart à la hausse avec un point gagné par rapport au mois d’avril. Même si la confiance des ménages retrouve un niveau similaire à celui de 2010, il reste globalement plus faible que la normale.

Alors que les détaillants sont de plus en plus nombreux à prévoir une augmentation des prix, paradoxalement, les Français croient de moins en moins à une hausse importante de l’inflation.

Les Français retrouvent le sourire et, à l’orée des vacances d’été, c’est plutôt bon signe. La dernière enquête de l’INSEE indique que l’opinion des ménages sur le niveau de vie futur en France continue de se redresser avec 4 points gagnés en mai, soit une hausse cumulée de 29 points depuis novembre 2011. Celle sur l’évolution passée du niveau de vie est quasi stable (-1 point). Si ces chiffres sont plutôt bons, ils restent inférieurs à leur moyenne de longue période. Un optimisme dont ne font pas preuve les chefs d’entreprise qui estiment que le climat conjoncturel redevient défavorable dans le commerce de détail et dans la réparation automobile. En cause, une activité toujours ralentie ces derniers mois. Résultat : les perspectives d’activité diminuent également, signe que les détaillants sont à nouveau pessimistes sur la situation globale du commerce. Pour eux, l’activité des derniers mois s’est dégradée et ce mouvement se prolongerait d’après les ventes prévues et les intentions de commandes. Ainsi, les stocks augmentent, devenant supérieurs à la normale. Même constat du côté des entreprises de service qui estiment que l’activité s’est dégradée sur la période récente et restent pessimistes sur l’avenir. La conséquence directe est donc la baisse du nombre de créations d’emplois dans les prochains mois, alors que même que, hors intérim, les chefs d’entreprise sont plus nombreux à indiquer une hausse des effectifs au cours des derniers mois. Au premier trimestre 2012, l’emploi dans les secteurs marchands non agricoles se stabilise après deux trimestres de pertes d’emploi : +10 200 emplois (soit +0,1 %) après – 22 600 au quatrième trimestre 2011 et  -31 500 au troisième trimestre. De plus, les destructions d’emploi dans l’intérim sont très limitées ce trimestre : -1 300 postes soit -0,2 %. Le deuxième semestre 2011 avait été marqué par de nombreuses pertes d’emploi dans ce secteur : -21 100 postes au quatrième trimestre 2011 et -12 900 au troisième trimestre.

Les ménages redoutent moins la hausse de l’inflation

Du côté de la capacité d’épargne actuelle, les chiffres donnent aussi le sourire puisque le solde correspondant augmente de 5 points par rapport à avril. De la même manière, de plus en plus de ménages sont confiants quant à leur capacité à épargner dans les mois à venir, restant, elle, légèrement supérieure à sa moyenne de longue période. Pourtant, les ménages sont moins nombreux à considérer qu’il est opportun d’épargner : après avoir nettement augmenté en avril (+13 points), le solde correspondant se contracte de 8 points.

Autre point positif que révèle cette enquête : les ménages sont moins nombreux à anticiper une augmentation du chômage et plus nombreux à estimer que l’inflation a reculé. Et pour cause, les chefs d’entreprise sont moins nombreux à déclarer des hausses de prix tant sur le passé que pour les prochains mois, et de plus en plus de commerçants automobiles déclarent des baisses de prix, très nettement sur le passé, dans une moindre mesure sur le futur. Pourtant, dans le commerce, les détaillants sont plus nombreux que lors de la dernière enquête à prévoir des hausses de prix. Et pour preuve, en avril, l’indice des prix à la consommation est en hausse de 0,1 %, après un accroissement de 0,8 % en mars. Sur un an, il augmente de 2,1 %. Hors tabac, l’indice est également en hausse de 0,1 % (+2,0 % sur un an). Mais, point positif,  les prix de l’alimentation restaient stables le mois dernier avec, même, une légère diminution du prix des légumes frais. Les baisses de cours des matières premières alimentaires affectent également les prix des produits à base de sucre, les fromages et le beurre qui se stabilisent le mois dernier.

(Avec INSEE)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :