Les monstres envahissent Valence

Pour sa deuxième édition, du 31 mai au 6 juin, le festival Ambivalence(s) a vu les choses en grand. Exposition photo de Denis Darzacq, pièces et soirée théâtre, court-métrages, Valence et son agglomération resplendiront… de monstres, thème de cette année.

Le Castelet des Scriptophages, d’Emilie Valantin. Des auteurs ont écrit leurs textes en choisissant une des marionnettes classiques.

Et si les personnages d’une ville monstre s’installaient pour vivre, le temps d’une semaine, dans les espaces publics de Valence et de son agglomération ? C’est le pari de Richard Brunel, directeur de la Comédie de Valence, centre dramatique national Drôme-Ardèche, et de Cécile Hamon, directrice adjointe du Centre national du Théâtre pour la deuxième édition du festival Ambivalence(s).

Après “la ville invisible” en 2011, le thème choisi cette année est “ville monstre”. Dix-sept créations théâtrales et des courts-métrages parsèmeront donc l’Hôtel Atrium, la Bourse du Travail, le Lux, le Navire, le parc Jean Perdrix de Valence, la salle Marcel Pagnol à Montélier et le centre culturel de Chabeuil pour un festival dans et sur la ville.

« L’aventure est au coin de la rue »

Avec en projet phare, l’exposition photo “Joueurs” de Denis Darzacq. Dans une dizaine de photos, il met en scène dans la ville comédiens professionnels et amateurs. « Il s’agit de remettre un morceau de fiction dans la ville, sans mise en scène » explique l’artiste. Le but : « réenchanter la ville et prouver que l’aventure est au coin de la rue ».

Pour Jean-Michel Petrissans, adjoint à la culture de la Ville de Valence, il s’agit d’emmener d’autres publics dans les théâtres car « pour beaucoup, la culture se résume à la fête de la musique et à la fête des lumières ».

Monstres dans la ville

Parmi les monstres présents dans la ville, la Tour Maubourg. « Nous voulions rebondir dans différents lieux de la ville et la Tour Maubourg est emblématique de la métamorphose de Valence. C’est un monstre désirable dans la ville » estime Catherine Rossi-Batôt du Lux, partenaire de l’événement.

Christophe Floderer, directeur adjoint de la Comédie de Valence. Photo Le DL/Stephane MARC

Et comme les villes débordent de monstres, dans ”Fenêtres avec vue”, trois auteurs de la Coopérative d’Ecriture et un auteur se sont amusés à les débusquer dans la presse régionale et nationale pour écrire sur le vif des textes. Après le “Bal littéraire” de l’an dernier, le groupe d’auteurs se réunira le matin même pour lire les journaux et composer deux séquences, qui mettront en jeu la ville, le soir même.

Avant-première du film « Le Grand Soir », au cinéma Le Navire

C’est l’histoire de Not, le plus vieux punk à chien d’Europe. Son frère, Jean-Pierre, est vendeur dans un magasin de literie et son licenciement est l’occasion de leur retrouvailles. “Le Grand Soir”, c’est une famille qui décide de faire la révolution… à sa manière. Proposé au festival de Cannes dans la sélection “Un Certain Regard”, le film de Gustave Kervern et Bruno Delépine, avec Albert Dupontel et Benoît Puelevoorde dans le rôle du punk, sera en avant-première au cinéma Le Navire, à Valence, dans le cadre du festival Ambivalence(s). « Ce sont des trublions du cinéma, qu’on connaît surtout pour leur participation à Groland [pays de fiction sur Canal+, NDLR], qui apportent un regard décalé sur le plus vieux punk à chien d’Europe, faisant écho aux “monstres”, thématique du festival » explique Cyril Désiré, directeur du cinéma le Navire.

Tarifs

  • Un spectacle de théâtre (“Une chambre en ville, opus 2”, “Le Castelet des Scriptophages”, “Le Bal d’Emma”, “Le Cas Drôme-Ardèche, “Fenêtres avec vue”) : 12 euros, tarif réduit : 10 euros
  • Exposition photographique “Joueurs” de Denis Darzacq : entrée libre<
  • Avant-première “le Grand Soir : 8,50 euros (réduit : 6,50)
  • Courts métrages insolites, Lectures à l’oreille et “Un bal en ville”, place de la Comédie : entrée libre.
  • Soirée théâtre (1 spectacle à 18h30 et le 2<sup>e</sup> à 21h) : 20 euros
  • Soirée cinéma-théâtre (un court-métrage et un spectacle) : 15 euros
  • Courts-métrages “Monstrueux” : 7,50 euros (réduit : 5 euros)
  • Cinéma en plein air (King-Kong et Soirée Bollywood) : entrée libre

Sur réservation, un bus au départ de la Comédie est prévue pour certains spectacles : toutes les représentations de “Le Bal d’Emma”, à la salle Marcel Pagnol à Montélier et, le 4 juin, “Le Cas Drôme-Ardèche” au centre culturel de Chabeuil, à 18h30, et “Le Castelet des Scriptophages” au centre hospitalier Le Valmont à 21h.

Pour la restauration, déjeuner sur la place est possible, entre midi et 15h. Le soir, une mise en bouche est prévue entre 18 heures et 20 heures avec l’achat d’un “festibag”.

Le programme, avec les horaires et les lieux précis de chaque événement, est à retrouver sur le site de la Comédie de Valence

Publicités
Comments
One Response to “Les monstres envahissent Valence”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] des marionnettes qu’ils ont choisies. « Le principe du Castelet était le plus approprié pour Ambivalence(s) car créé pour des endroits non équipés » explique Émilie Valantin. Jeanne Benameur a choisi […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :