Elections : quand la procuration vient à domicile

A l’approche du scrutin, pour les citoyens dans l’incapacité de se déplacer mais inscrit sur les listes électorales, une personne assermentée par le tribunal d’instance peut se rendre à domicile, dans les prisons, les maisons de retraite ou les hôpitaux pour établir des procurations de vote.

Depuis qu'elle est à la retraite, Mme Jardillier parcourt les hôpitaux, maisons de retraites et particuliers pour établir des procurations. Fabrice HEBRARD / Le Dauphine Libere / Photopqr /

Mme Jardillier ne se perd plus à l’hôpital de Valence. À chaque élection, depuis quatre ans maintenant, elle en parcourt les couloirs pour établir des procurations. Elle a commencé il y a six semaines et depuis quelques jours, ça ne s’arrête pas. Elle voit une trentaine de personnes par jour. « J’en ai fait 21 juste jeudi matin ! » explique-t-elle. Hôpitaux, maisons de retraite, prisons ou particuliers, elle rencontre au pas de course les personnes qui ne peuvent pas se déplacer à l’heure du scrutin.

Au service des votants

Assermentée par le tribunal d’instance, elle répond aux demandes que ces personnes ou leur famille ont transmises à la police. Plusieurs fois par semaine, elle récupère donc au poste une liste de noms et l’adresse où elle doit les trouver. Et prend rendez-vous avec eux. « Généralement, j’essaye de regrouper toutes les personnes d’un même quartier pour aller plus vite mais souvent, l’heure ne leur convient pas et je dois faire des détours » regrette Mme Jardillier. L’activité est d’abord « républicaine » : les déplacements lui sont remboursés, et chaque procuration lui rapporte 40 centimes d’euros ! Retraitée du commerce, elle n’était pas particulièrement destinée à cette pratique. Une de ses connaissances, policier de son état, la voyant s’ennuyer à la retraite, lui en a parlé.

« Parfois, je me déplace pour rien »

Ainsi, vendredi, le premier patient de l’après-midi n’avait finalement plus besoin d’elle. Il avait pu aller au commissariat. « Parfois, ça arrive que je me déplace pour rien. Les gens ont envoyé leur procuration mais en refont une, d’autres appellent pour un proche qui ne veut ou ne peut pas voter » commente-t-elle. Car si tout le monde peut faire une procuration, il existe un cas particulier : les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Même sans formation médicale, Mme Jardillier sait reconnaître une personne inapte au vote. « Quand j’arrive, je lui dis bonjour et j’essaye de lui prendre la main, certains malades craignent les inconnus ». S’entame alors une discussion où elle demande le nom, le prénom, la date de naissance et le lien avec le mandataire. « Il y a toujours un moment où le malade perd pied, souvent au moment de signer la procuration ». Elle prévient alors la famille et le commissariat de la situation. Tout n’est pas toujours si simple. Et notre interlocutrice de nous conter cette anecdote : « Une Valentinoise voulait absolument que son mari souffrant d’Alzheimer vote. Elle m’a fait venir deux fois avant d’aller au tribunal, qui l’a déboutée ». Dans le cas cité, il semble bien que l’épouse voulait être mandataire pour « manipuler » le vote de son époux malade.

Dans la Drôme, autant de  demandes qu’en 2007

Si le premier tour des élections tombe à la fin des vacances scolaires cette année, les commissariats drômois enregistrent un nombre de demandes de procuration stable par rapport à 2007. Le commissariat central de Valence a ainsi enregistré 1800 procurations et en attend jusqu’à 2 000 rien que la semaine prochaine. Dans les tribunaux d’instance, et même si les comptages officiels n’ont pas encore été effectués, la tendance est à la baisse d’un quart par rapport à la même période en 2007. Du côté de la gendarmerie, là encore, les chiffres sont à peu près comparables à ceux des précédentes élections présidentielles avec quelque 480 procurations pour la brigade de Chabeuil. La différence se ressent en revanche avec les élections législatives, moins mobilisatrices que la présidentielle. Si les commissariats et gendarmeries reçoivent des appels sur des détails de la procédure et si certains se rendent à la mairie, le succès des procurations peut cependant être attribué à la relative simplicité de la procédure. On ne demande plus aujourd’hui de « justificatifs d’absence ».

Mode d’emploi 

Muni de sa carte d’identité, le mandant doit se rendre au commissariat, à la gendarmerie ou au tribunal d’instance pour remplir un imprimé comprenant :

  •  le formulaire avec l’identité du mandataire, qui doit habiter dans la même commune ;
  • une déclaration sur l’honneur indiquant le type d’empêchement ;
  • et un récépissé à remettre au mandataire.

La procuration peut être effectuée jusqu’à la veille du scrutin mais il faut tenir compte des délais d’acheminement de la demande jusqu’à la mairie en recommandé. Un mandataire ne peut recevoir qu’une procuration.

Article paru dans le Dauphiné Libéré du 15 avril 2012.

Advertisements
Comments
2 Responses to “Elections : quand la procuration vient à domicile”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] pas se déplacer pour aller voter aux élections législatives, il y a toujours la solution du vote par procuration, qui consiste à déléguer son pouvoir de vote à un […]

  2. […] pas se déplacer pour aller voter aux élections législatives, il y a toujours la solution du vote par procuration, qui consiste à déléguer son pouvoir de vote à un […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :