Le froid à la rescousse (ou pas) des soldes d’hiver

Si vous n’avez pas encore fait les soldes, dépêchez-vous, après demain, ce sera trop tard.  Mais rassurez-vous, cette année, tout n’a pas disparu. Même si le froid a boosté les ventes sur la fin, le bilan est plutôt mitigé.

Ce sont les vacances depuis vendredi et pourtant, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’y a pas foule dans les rues. Après cinq semaines de réductions, les Lyonnais ne se ruent pas dans les magasins. Il faut dire que le froid les y a aidés. Mais une France qui grelotte c’est bon pour le commerce. Marion Du Gardin, directrice de la Canadienne à la Guillotière, a même décidé de prolonger les rabais jusqu’à la fin du mois. « On a très bien travaillé car il a fait froid et comme on vend surtout des pièces d’hiver, le bilan est très bon. C’est maintenant qu’on fait notre chiffre d’affaire et qu’on compense un début de saison un peu long à démarrer. On va même prolongé les soldes de deux semaines encore, jusqu’à la fin du mois« . Elle utilise les soldes dits flottants. Une action rendue possible par la loi de modernisation de l’économie (LME) du 4 août 2008. Grâce à ce procédé, elle peut fixer librement une période de soldes de deux semaines maximum, consécutives ou non, après une déclaration à la préfecture au moins un mois avant la date prévue. « L’année dernière était aussi une bonne saison mais elle a commencé avant car il a fait froid très tôt. Mais cette année les soldes se sont encore mieux passées car les gens ont eu froid d’un coup donc ils se sont précipités sur les pièces chaudes. Ils pensaient passer la saison sans rien acheter comme il a pas fait froid tout de suite » précise-t-elle. Si les stocks ne sont pas épuisés, « une grosse partie » a déjà été écoulée. Marion Du Gardon confie même que chez ses collègues du prêt-à-porter, le constat est globalement le même.

Les centres commerciaux, grands favoris ?

Pourtant, il semblerait que le froid n’ai pas profité à tout le monde. Certaines boutiques ne bénéficient pas de la renommée d’une grande enseigne et ont souffert du manque de clients. En effet, une enquête de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris estime que les grands magasins tirent leur épingle du jeu, avec une hausse à deux chiffres de leur activité. Pour les autres, ce sont des « résultats plus que mitigés » voire « négatifs« , selon François-Marie Grau, secrétaire général de la Fédération française du prêt-à-porter féminin. Il prévoit même une baisse des ventes de 2 à 3 %. 

Marime Coco est vendeuse chez Pakita, un magasin de vêtements du 1er arrondissement. Pour elle, ce soldes sont « « . La faute aux températures polaires. « On a eu moins de monde qu’en novembre et décembre. Avec la vague de froid, les gens se sont dirigés vers les centres commerciaux type la Part-Dieu ou d’autres, qui se sont installés à Lyon. Ils ne viennent plus en centre ville« .  Des centres commerciaux qui bénéficient d’une prime en cas de canicule ou de froid extrême. Mathilde, 17 ans, adore le shopping. Sa cible cet hiver : les chaussures. Et même si la première démarque a été « nulle« , pour elle, pas question d’aller à la Part-Dieu. « Il y a trop de monde, on étouffe. Je préfère aller en ville. Il fait froid mais on rentre vite dans les magasins alors ça va ! » s’amuse-t-elle. Elle est accompagnée de Sylvie. Pour elle, les soldes, c’est en été. « Tous les ans c’est pareil, je n’achète presque rien l’hiver, je préfère l’été !« .

« Les soldes sont bonnes mais comparativement à il y a dix ans, ce n’est pas ça« 

Mais le froid n’est pas la seule raison à des soldes plutôt mitigées. La crise aussi est passée par là. « Je n’ai acheté qu’un tee-shirt« , confie David. A 26 ans, sa copine et lui préfèrent partir en week-end plutôt que de faire du shopping. « C’est toujours le même problème avec les soldes, les modèles et la qualité sont pas toujours tops et il n’y a pas toujours notre taille. Juste après Noël, on a préféré se restreindre » justifie-t-il. Et pour cause, les achats coups de coeur ont laissé place aux achat besoins. « Les clients profitent des soldes pour acheter des fins de série de modèles de luxe beaucoup moins chers » affirme le directeur d’Astral, magasin d’électroménager installé sur le quai Augagneur. Pour lui, les soldes d’hiver ont été bonnes mais « tout dépend du comparatif. Il y a cinq ou dix ans, ce n’était pas ça, les gens avaient plus de pouvoir d’achat, il n’y avait pas cette crise« . La différence, il la chiffre : 10% de clients en moins. « Mais avoir moins de clients ne signifie pas forcément une baisse du chiffre d’affaire. Les gens achètent moins mais plus cher« , nuance-t-il. Pourtant, l’ouverture des magasins le dimanche n’a pas permis de faire décoller les ventes. Le grand gagnant de ces soldes d’hiver est donc, cette année encore, Internet. Sur un panel de 27 grands sites, la fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) indique une augmentation de 9% sur les quatre premières semaines. L’habillement a même augmenté de 10%. Néanmoins, les Français n’ont pas fait de folies et ont stabilisé leur panier d’achat. Le coût moyen de ce dernier s’est établi à 109€, en hausse de 1%. Côté vêtements, le budget moyen représente 76€ (+3%).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :