Lana Del Rey, révélation ou création marketing ?

Elle a créé le buzz sur Internet grâce à « Video Game ». Lana Del Rey sort aujourd’hui « Born to Die », son album tant attendu. Verdict.

Lana Del Rey, 25 ans, son look fifties, sa voix chaude et ses clips bricolés, c’est le phénomène du moment. À peine Amy Winehouse disparue cet été, on la proclamait déjà nouvelle icône pop. Depuis six mois et la publication sur YouTube de ses morceaux Video Games et Blue Jeans, on avait tout entendu sur elle. Sauf son album.  C’est désormais chose faite. 12 titres concoctés par l’Américaine à la voix suave. Aucun n’a pourtant la construction des trois envoûtants « Video games« , « Blue Jeans » et « Born to die« . Une musique ample, très cinématographique, un rythme lancinant tout en tension contenue. Une force qu’on ne retrouve pas, donc, dans le reste de l’album, mais compensée par les nombreuses références cinématographiques. Bruits de fond,  extraits de dialogues, forte présence du piano… « Million dollar man » pourrait très bien être le thème musical d’un James Bond.

Mais « Born to die » compte aussi nombre de titres flirtant franchement avec le rap et le R’n’B, comme formatés pour mieux cadrer avec les canons des radios que sont Rihanna et Beyoncé. Et la singulière Lana del Rey devient alors bien fade. Elizabeth Grant, de son vrai nom, chante l’amour noir, le crime passionnel et la romance impossible. Le tout est cohérent, mais le frisson des débuts s’émousse. L’album semble avoir été produit à la va-vite. Même si la lolita à la voix suave a su bien s’entourer, à commencer par le producteur de rap Emile Haynie. Il contourne le classicisme des morceaux à coups de phrasés hip-hop, donnant un air de « badgirl » à la rouquine. Carillon, harpe et même couplet en français… tout y est ! Parfois à tel point que cela annule les bonnes mélodies des morceaux. Pourtant, si Born To Die est son premier album sous le pseudonyme de Lana Del Ray, la chanteuse n’en est pas à son coup d’essai. En 2009, elle avait sorti sous le nom Lizzy Grant un premier disque, Kill Kill, passé totalement inaperçu. Et ça donnait ça :

Capable de rassembler les auditeurs ‘branchés’ et le grand public, la New-Yorkaise en a attiré la suspicion. Elle est accusée de plagiat sur son titre phare, Video Games, vue plus de 37 millions de fois sur You Tube, qui ressemblerait étrangement à un morceau grec sorti en 1991. Après une série de concerts en demi-teinte, des interviews lisses et une mauvaise prestation dans l’émission américaine Saturday Night Live, le mystère s’épaissit autour de la chanteuse. Est-elle une vraie révélation utilisant le Web avec talent ou la création marketing d’une maison de disques ? En perte de vitesse, la chanteuse a déclaré ne pas être « vraiment sûre de revenir » après son album. Le succès qu’aura (ou pas) « Born To Die » conditionnera sûrement la suite de la carrière de Lana. Va-t-elle vraiment s’effacer du devant de la scène si son album ne cartonne pas ? Ou plutôt revenir, sous un autre nom (et avec un nouveau corps) ?

[audio http://dl.free.fr/cAyxmGXo0/chroniqueAnaisok.mp3]

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :