Les coptes orthodoxes préparent Noël

Alors que 10% de la population égyptienne serait copte, soit sept millions de chrétiens, la France compte 50 000 Egyptiens coptes, répartis dans vingt églises.

L’église Notre Dame de la Roue, à Rillieux-la-Pape, est calme. Seules quelques icones sont représentées, au milieu de plusieurs reliques. Rien ne laisse présager que la paroisse s’apprête à fêter Noël dans deux jours. L’église de la Roue, ou église Sainte Marie, saint Marcorios et saint Antoine, est la seule paroisse copte orthodoxe en Rhône-Alpes. Les chrétiens orthodoxes d’Egypte célèbrent la naissance du Christ le 7 janvier et non le 25 décembre comme les catholiques. Une originalité qui trouve sa source dans une différence de calendrier entre le monde orthodoxe et le monde latin.  Les coptes ne sont donc pas les seuls concernés par ce décalage : les Grecs, les Arméniens ou les Russes ont conservé la même tradition.

Mais si l’euphorie ne règne pas au cœur de la paroisse, les 26 familles coptes orthodoxes qui assisteront vendredi à l’équivalent de la messe de minuit et aux liturgies sur l’origine de l’Eglise du père Eklemandos, à l’église de la Roue, s’activent. Parmi elles, Wagdi Chenouda, sa femme, Valérie et ses trois enfants. Lui est originaire du Caire mais installé à Lyon depuis quinze ans. Et comme tous les coptes, il est attaché à ses origines et à son Eglise. Depuis le 29 novembre, lui et sa femme sont en jeun de l’Avant. Viandes, œufs et leurs dérivés sont donc proscrits jusqu’à vendredi soir au profit du poisson et des fruits et légumes. « On serait en Egypte, il y aurait le repas à l’église mais pour des questions pratiques et financières, nous le feront chacun de notre côté » complète Valérie Chenouda.

Une même religion avec différentes traditions

Pâques, jeun de la Vierge, Théophanie – l’équivalent de l’Epiphanie – en dehors du décalage de calendriers, les coptes ont les mêmes pratiques que les catholiques, même si les traditions diffèrent. « Pour Noël, il y a un échange de cadeaux mais il n’a pas forcément lieu le 7 janvier. On a tendance à les offrir aux enfants le 25 décembre, pour qu’il n’y ait pas de différence avec les autres » confie Valérie. Par ailleurs, les coptes orthodoxes ne dégusteront pas de galettes des rois car « le côté commercial ne nous concerne pas, on célèbre juste les Rois Mages. C’est dommage que l’Eglise catholique ne transmette plus ces valeurs » déplore-t-elle. Des distinctions qui n’empêchent pas les coptes d’entretenir de bonnes relations avec les autres chrétiens. Depuis le 1er janvier, le diocèse de Lyon a d’ailleurs décidé de louer sur le long terme l’église de la Roue aux chrétiens d’Egypte, qui la partageait jusqu’alors avec les Scouts de France. Même si elle n’a pas les moyens d’afficher son attachement aux saints et aux icones comme elle le voudrait, cette décision du Diocèse permettra au Père Eklemandos, envoyé par le Pape Shénouda III, de faire plus de liturgies.

« On vit mal ce qu’il se passe en Egypte »

La fête de Noël de vendredi sera aussi l’occasion pour tous les coptes orthodoxes de la région, unis par un lien amical très important, de se réunir. L’an dernier, l’année avait commencé par un massacre : la mort de 21 chrétiens égyptiens à la suite d’un attentat à la voiture piégée, perpétré devant leur église à Alexandrie. Pendant les funérailles des victimes, les remerciements adressés par l’Eglise orthodoxe au président Moubarak pour sa sollicitude avaient d’ailleurs été hués par l’assistance. A Lyon, en signe de compassion, neuf responsables religieux, chrétiens, musulmans, et juif, avaient lu Place Saint-Jean un message d’amitié. Une amitié encore amplifiée depuis la chute de Moubarak. « L’Eglise a subi beaucoup de violences et de racisme, on est très inquiets et on vit mal ce qu’il se passe en Egypte » révèle Wagdi. Inquiet par la montée en puissance des islamistes aux législatives (lire ci-dessous), il regrette presque la chute de l’ancien dictateur. « Le pays n’est plus laïc, c’est pire maintenant que sous Moubarak » regrette-t-il. Une situation qui soude plus encore la diaspora copte orthodoxe, déjà liée par un amour de la culture lyonnaise.

—————

L’info en +

Dernière phase de l’élection des députés

Le dernier tiers de l’Egypte, qui comprend notamment le Sinaï, région instable frontalière avec Israël et la bande de Gaza, a été appelé aux urnes hier, pour la dernière phase de l’élection des députés. Débutée le 28 novembre, c’est la première élection depuis la chute d’Hosni Moubarak, dont le procès s’est ouvert au Caire le 3 août. Les formations islamistes ont recueilli une majorité écrasante dans les deux premières zones. Les sénateurs du futur Parlement égyptien, qui désignera une commission pour rédiger une Constitution, seront élus dès le 29 janvier. Une élection présidentielle est prévue avant la fin juin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :