Solitude : les 30-49 ans de plus en plus isolés

Une étude de l’Observatoire de la Fondation de France confirme que les précaires sont les Français les plus touchés par l’isolement mais révèle aussi que le phénomène prend de plus en plus d’ampleur dans la population active, particulièrement chez les 30-49 ans.

 

Mobilisation sur le parvis de la gare Montparnasse, à Paris.

Quatre millions. C’est le nombre de personnes en situation objective d’isolement en France, soit 9% des Français âgés de 18 ans et plus, selon une étude de l’Observatoire de la Fondation de France. La situation est alarmante et face à un constat sans appel, les associations multiplient les actions en faveur des personnes âgées, catégorie souvent considérée comme la plus touchée par la solitude. Seulement voilà, si 16% des personnes âgées de plus de 75 ans sont effectivement dans une situation objective d’isolement, elles ne sont pas les plus affectées par le phénomène. En France, 18% des précaires vivant sous le seuil de pauvreté – actifs déclarant moins de 1 000 euros mensuels – sont seuls, soitdeux fois plus que la moyenne. Une donnée méconnue mais pourtant réelle qu’Odile De Laurens, responsable de l’Observatoire de la Fondation de France, tente d’expliquer par la difficulté de s’insérer dans un réseau : « Ce qui est compliqué dans notre société, c’est que peu de réseaux sociaux sont acquis, chacun doit créer ou s’insérer dans un réseau, ce qui demande de l’énergie ». Une énergie qui manque aux personnes précaires, fragilisées par de multiples ruptures : « Les précaires sont les plus fragiles car ils ont subi une rupture professionnelle huit fois sur dix et leurs revenus ne leur permettent pas de sortir ou de se déplacer facilement, c’est un handicap matériel immédiat » déplore Odile de Laurens. Et si Internet a favorisé les échanges, même virtuels, la Toile ne fait pas tout. Seules les personnes disposant de plus de 3 500 euros mensuels (soit une personne isolée sur dix), utilisent significativement les réseaux sociaux virtuels.

La quarantaine ou la diminution des relations amicales

On estime que les 30-39 ans en situation de pauvreté ont sept fois plus de risques de se trouver isolés, un phénomène qui s’accroit plus encore à la quarantaine. Alors qu’avant 30 ans, les personnes, souvent étudiantes, multiplient les relations et que le manque de revenus est comblé par le fait d’habiter chez ses parents, dès 40 ans les relations amicales se désintensifient. « La consolidation d’une vie familiale se fait aux alentours des 30 ans. Ceux qui ont raté ce cap se retrouvent dix ans après dans un creuset où tout se délite » regrette Mme de Laurens. Et les personnes au chômage ne sont pas les seules touchées par la solitude puisque 20% des Français travaillant sont incapables de construire des relations sociales dans le cadre de leurs activités professionnelles. Comment expliquer alors que l’importance de l’isolement de ces personnes active soit masquée par la situation des personnes âgées ? Si Odile de Laurens admet que les plus de 75 ans représentent le groupe en situation objective de solitude le plus important quantitativement, elle distingue pourtant deux autres raisons : « On associe relativement tôt l’isolement au grand âge car c’est synonyme de danger vital mais aussi parce que c’est publiquement connu que les 40-49 ans sont en plein boom dans la vie et que c’est assez antinaturel de les associer à l’isolement ». Et de distinguer également la situation objective d’isolementde la sensation de solitude qui affecte beaucoup plus de monde.

Affiche de campagne contre la solitude

La solitude, « grande cause nationale »

Face à une méconnaissance d’un phénomène aussi prononcé en ville qu’en campagne, contrairement à la sensation d’isolement plus marquée en zone urbaine, le gouvernement a décidé de décréter la lutte contre la solitude « Grande Cause Nationale 2011 ». Une décision du premier Ministre François Fillonqui se concrétise par des campagnes de communication à grands coups de « Pas de solitude dans une France fraternelle », par des actions de renforcement du lien social (visite à domicile, soutien scolaire, …) et par des chantiers autour de l’emploi, de l’hébergement pour les sans-abris et de la dépendance. Une mise en évidence qu’apprécie Odile de Laurens pour qui c’est « la reconnaissance que c’est un problème de société majeur et que ça concerne une grande partie de la population ». LaFondation de France elle-même ne reste pas inactive puisqu’elle soutient plusieurs actions associatives et sociales dans le Rhône comme l’Atelier des Friches, qui propose d’investir des friches urbaines comme nouveaux espaces d’expérimentations artistiques, le Patio des Aînés, café social pour rompre l’isolement des personnes vieillissantes immigrées ou la Kafetomome, café familial et garderie périscolaire à Lyon.

Publié sur Lyon-Webzine

Publicités
Comments
2 Responses to “Solitude : les 30-49 ans de plus en plus isolés”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] de vie en couple est restée stable, autour de 37‐38 ans,  le nombre d’années passées à vivre seul augmente : un peu plus de trois ans en moyenne. Concrètement, un homme passe 10 ans de sa vie seul […]

  2. […] même totalement au maintien de cette aide. Pourtant, le nombre d’Européens vivant en-dessous du seuil de pauvreté ne cesse de croître. Et la perspective légitime de l’ouverture de ce programme à tous les […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :