Dominique Peyrard : « Le Parc est comme un petit village »

Dominique Peyrard est le technicien responsable du Parc. Il s’occupe des dossiers administratifs avant leur arrivée devant la direction et a accepté de répondre à nos questions sur la gestion d’un Parc d’une telle ampleur.

 

"L'élagage d'un arbre peut prendre jusqu'à quatre mois"

Le Parc draine trois millions de visiteurs par an, comment gérez-vous cette importante fréquentation ?

L’ensemble de la gestion du Parc dépend des services des Espaces Verts de la Mairie de Lyon. Sur les 150 employés municipaux, 35 s’occupent du Parc, soit le côté entretien soit le versant technique. Le parc fonctionne comme un petit village, avec des animations, des commerçants ou encore un service de sécurité. Les employés font des journées continues de 6h30 à 15 heures. Ca permet d’éviter la foule et, pour ceux qui n’habitent pas Lyon, d’éviter le monde sur les routes. L’essentiel de la fréquentation du site se fait pendant les vacances scolaires  et six à sept week-end entre mai et juin, qui peuvent générer jusqu’à 50 000 personnes ! Le parc est victime de son succès, notamment le zoo, et ça demande une organisation certaine.

Quels sont les types de problèmes que rencontre le parc ?

Il n’y a pas de problème majeur mais essentiellement des petits soucis. A cause de la sur fréquentation et des employés qui terminent leur journée à 15 heures l’été, 16 h 30 l’hiver, les poubelles du Parc débordent rapidement. Il faudrait une collecte après 15 heures mais personne n’est volontaire. Il y a bien le passage d’une hypomobile, tractée par un cheval, du dimanche au vendredi mais c’est beaucoup moins efficace qu’un camion et peu rentable. Dans le même registre des petits ennuis, il y a les sanitaires. Nous les avons tous refaits il y a peu mais quand trente cars arrivent en même temps, comme ce sont des sanitaires automatiques, certains jugent le temps d’attente trop long, alors que le cycle n’est que d’une minute.

La Plaine Africaine a été aménagée récemment. Quels autres changements sont prévus ?

Nous faisons une quantité de petits investissements régulièrement. Les fourreaux des caméras ont été changés, les grandes serres restaurées, les pistes de jogging supprimées à la suite de conflits entre visiteurs, joggeurs, cyclistes et autres sportifs, le zoo entouré d’une clôture… maintenant, nous aimerions refaire les bassins de la roseraie mais avant chaque changement, la liste des travaux doit être fournie à la direction avant d’être validée par les élus. L’élagage d’un arbre peut prendre quatre mois car le parc est boisé classé depuis 1997, suite à des dérives architecturales, c’est-à-dire que chaque changement doit respecter le dessin du Parc réalisé par des architectes paysagistes.

A lire sur le même sujet :

–  Tête-d’Or, l’envers du décor

– De la passion à la profession, portrait de Josiane Brun

– 3 questions à Pascale Ceselli, éducatrice responsable du pôle animation et ancienne soigneuse

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :